Reconstruction Mammaire par Lipofilling

 

Définition

La reconstruction mammaire par Lipofilling consiste à réinjecter dans le sein la propre graisse de la patiente afin d’augmenter le volume et d’obtenir une amélioration de la forme, le tout sans cicatrices supplémentaires.

L’injection peut être réalisée de façon isolée ou associée à une mise en place de prothèse.

Il est cependant important d’être informée que parfois plusieurs séances d’injection peuvent être nécessaires.

Indications

Cette technique peut-être envisager chez les patientes ayant une peau thoracique en quantité suffisante et surtout de bonne qualité et souple.

Les antécédents de radiothérapie sont de mauvaises indications pour une reconstruction par Lipofilling car le risque de souffrance cutanée est élevé et le taux de prise de la greffe diminuée à cause des brûlures causées par les rayonnements.

La graisse :

Reconstruction mammaire par lipofilling

C’est la propre graisse de la patiente qui est réinjectée après avoir été prélevée.
Le prélèvement est effectué par lipoaspiration de zones prédéfinies avec la patiente à l’aide d’une canule spéciale.
La graisse est ensuite préparée par centrifugation ou décantation-lavage afin de ne conserver que les cellules graisseuses viables.
La réinjection est ensuite réalisée de façon précise et homogène à l’aide d’une canule de Coleman.

Intervention

Prélèvement du tissu graisseux:
Il est réalisé par de petites incisions de 5 mm dissimulées, à l’aide d’une canule de lipoaspiration.
Les zones à aspirer sont prédéfinies avec la patiente afin d’obtenir également le bénéfice d’une lipoaspiration.

Préparation de la graisse :
Par centrifugation ou décantation-lavage.

Réinjection de la graisse :
Elle est réalisée à la demande et de façon homogène par une canule de Coleman au travers de simples trous d’aiguille (donc sans cicatrices visibles).

Parfois un « lambeau d’avancement abdominal » peut être réalisé permettant d’augmenter la quantité de peau disponible et donc le volume à réinjecter.

Suture cutanée des zones de prélèvement:
Elle est réalisée avec du fil non résorbable.

Pansement et vêtement compressif

Autres informations concernant l’intervention

  • Hospitalisation: 2 à 4 jours en moyenne,
  • Anesthésie: Générale,
  • Durée opératoire: 2 heures en moyenne (fonction du volume injecté),
  • Examen préopératoire: 2 consultations avec le chirurgien légalement obligatoires, 1 consultation d’anesthésie, une mammographie et le bilan de surveillance gynécologique sont nécessaires,
  • Contre-indication: Le tabac augmente considérablement le risque de perte du volume de graisse injecté et le risque d’infection. Il est donc contre-indiqué pendant 1 mois avant et après l’intervention.

Suites opératoires :

  • Variables d’une patiente à l’autre, les douleurs sont en général peu importantes et bien contrôlées par des antalgiques simples,
  • Quelques ecchymoses et de l’œdème peuvent être présents pendant 1 semaine,
  • Pansements et nettoyage toutes les 48 heures à domicile réalisés par la patiente pendant 7 jours: Nettoyage à la Biseptine et pansement avec tulle gras sur les cicatrices,
  • Les fils des zones de prélèvement sont retirés à 7 jours,
  • Un repos est conseillé pendant 7 à 10 jours,
  • Un soutien-gorge de contention spécial ainsi qu’un Lipo-panty compressif sont à maintenir nuit et jour durant 2 mois,
  • Le sport et le port de charges lourdes sont interdits pendant 2 mois,
  • Le résultat définitif est en général obtenu à 3 mois,
  • Des soins spécifiques sur les cicatrices (éviction solaire et massage) seront à réaliser pour les rendre le plus discrètes possible.

Des visites de contrôle sont réalisées à 1 semaine, 1 et 6 mois.

Risques et complications :

Heureusement, les vraies complications sont très rares à la suite d’une reconstruction mammaire par Lipofilling réalisée dans les règles.

Pour autant et malgré leur rareté, vous devez être informée des complications possibles :

  • Risques anesthésiques :
    Ils seront exposés lors de la consultation d’anesthésie préopératoire.
  • Risques liés à l’intervention :

– Précoces :

Infection : rare après ce type de chirurgie et prévenue par antibiotiques per opératoires. Elle peut parfois conduire à un échec de l’intervention et la perte de la graisse réinjectée.

Pneumothorax : exceptionnel.

Cytostéatonécrose : petites zones plus fermes traduisant une résorption localisée de la graisse réinjectée. Elles diminuent généralement progressivement en quelques mois.

– Tardifs:

Imperfections de résultat :
Dans quelques cas il peut être nécessaire de réaliser plusieurs séances de Lipomodelage afin de corriger des imperfections ou de continuer à apporter du volume. Il est raisonnable d’attendre 6 à 9 mois entre ces interventions.

Perte de volume du sein en cas d’amaigrissement : Cette technique utilise la propre graisse de la patiente et donc en cas de perte de poids l’amaigrissement va être global et altérer également la poitrine.

Il n’existe à ce jour aucun élément permettant de penser que le transfert de graisse pourrait favoriser l’apparition d’un cancer du sein. En revanche il n’empêchera pas sa survenue si celui-ci devait apparaître.

La patiente doit donc s’engager à faire réaliser un bilan préopératoire par un radiologue qualifié ainsi qu’un contrôle à 1 an puis tous les 2 ans.